Définition de la chiropratique
Chiropratie, chiropraxie, chiropractie ou chiropratique sont tous utilisés pour nommer cette profession de la santé. En fait, l’office québécois de la langue française a établi que seul le terme « chiropratique » serait accepté.

Définition
La chiropratique est une profession de la santé qui a pour but le recouvrement et le maintient de la santé humaine ainsi que le diagnostic, le traitement et la prévention de ses déficiences.

Le docteur en chiropratique est un professionnel de la santé qui considère l’être humain dans sa globalité et qui tient compte de ses pouvoirs naturels de récupération. Il concentre son attention sur l’intégrité des systèmes nerveux et musculo-squelettique, en relation avec tous les autres systèmes du corps humain, sains ou malades, en portant une attention particulière à la colonne vertébrale.

Vous me direz que cette définition est bien large, j’en conviens. Concrètement, le chiropraticien est un « mécanicien du corps ». Il évalue, diagnostique et traite les troubles des systèmes musculaire et squelettique.

Méthodes de traitement
Les méthodes de traitement utilisées en chiropratiques sont nombreuses. C’est pourquoi je m’en tiendrai à celles avec lesquelles je travaille à la clinique.

La manipulation articulaire : Le principal outils de traitement du chiropraticien est la manipulation ou ajustement articulaire. Il s’agit d’une poussé rapide et de faible amplitude qui est exercée au niveau d’une articulation afin de lui permettre de retrouver sa mobilité et de stimuler les récepteurs articulaires. Elle est généralement accompagnée par un bruit de craquement qui est provoquée par l’éclatement d’une bulle gazeuse localisée à l’intérieur de cette articulation. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez l’article sur les manipulations.

Thérapie musculaire : Plusieurs chiropraticiens vont combiner la manipulation articulaire avec des thérapies visant à assouplir et détendre la musculature. Des points de pression (trigger points), du relâchement myofascial (active release), étirements et contraction-relaxation de type FNP feront parti de l’arsenal du chiropraticien. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez l’article sur la technique Active Release.

Thérapies complémentaires : Ultrason, TENS, Taping, compresses chaude et froide sont aussi retrouvée dans le cabinet d’un chiropraticien.

Formation
Le chiropraticien doit passer au travers les 5 années de doctorat de premier cycle universitaire. Au Québec, c’est à l’Université du Québec à Trois-Rivières qu’est offerte la formation en chiropratique. Elle comprendra les sciences de bases comme l’anatomie, la pathologie, la biochimie, la biomécanique, des cours plus appliquées comme la biomécanique clinique, techniques chiropratiques, nutrition, diagnostic, des stages et un internat clinique d’un an et demie.

À la suite de sa formation, le chiropraticien doit passer un examen de licence évaluant ses compétences afin de déterminer s’il est apte à pratiquer.

Des formations additionnelles sont disponibles au chiropraticien gradué afin de se perfectionner. Pédiatrie, radiologie, sport, science clinique, traitement des tissus mous, orthèses plantaires etc.

Réglementation
Tous les chiropraticiens qui veulent exercer au Québec doivent faire partie de l’Ordre des Chiropraticiens du Québec. Cette dernière, comme tous les ordres professionnels, a pour mission de protéger la population en s’assurant de la compétence de ses membres, sanctionner ceux qui commettent des fautes professionnelles et recevoir les plaintes de la population concernant ses membres.

En plus de faire partie d’un ordre professionnel, le chiropraticien doit aussi être titulaire d’une assurance responsabilité professionnelle qui sera utilisée si une complication survenait lors d’un traitement.